Le Métier de Marechal-Ferrant / Ecole de Maréchalerie Thoma's Western Farm

L'essor de l'équitation sous toutes ses formes et l'augmentation du nombre de chevaux qui en découle ont remis depuis quelques années le maréchal ferrant au premier plan de la scène équestre.

Pourtant, on ne recense au premier janvier 2016 que 1500 maréchaux (dont une dizaine de femmes) inscrits au registre des métiers employant quelques 400 salariés.

 

Un nombre très insuffisant pour les quelques 950 000 équidés vivant actuellement sur notre territoire. Aussi, les maréchaux installés sont très sollicités et ne peuvent répondre aux besoins grandissants de leur clientèle.

 

Notre objectif est donc de former de bons maréchaux capables d'être à la fois "chausseurs" et orthopédistes". De la qualité de leur travail dépend le bien être des chevaux et la sécurité de leur cavalier.

" Pas de pied, pas de cheval"

 

Le maréchal ferrant a donc un métier de responsabilités qui consiste principalement à parer et à ferrer les chevaux mais aussi à intervenir lors de fourbures, d'abcès et autres problèmes liés au pied. De ce fait une connaissance approfondie du pied et de l'anatomie du cheval est indispensable. Rappelons que le maréchal ferrant est l'interlocuteur privilégié du propriétaire et du vétérinaire !

 

 

Par ailleurs, c'est un métier en constante évolution, qui oblige le maréchal ferrant à se documenter régulièrement  sur les nouvelles techniques et les nouveaux types de ferrure.

 

Révolu le temps où le maréchal était avant tout un forgeron !

 

Aussi, même si la connaissance de la forge reste nécessaire, avec l'arrivée sur le marché des fers mécaniques, forger ne consiste plus, la plupart du temps qu'à adapter de manière rationnelle le fer au sabot du cheval.

 

L'enseignement de la forge se voit par conséquences limité à l'apprentissage des bases nécessaires à la fabrication et à la modification d'un fer.

 

            Le métier de maréchal ferrant est parfois un métier dur qui nécessite du courage, du sérieux, de la disponibilité, souvent une bonne dose de patience, et une condition physique irréprochable (de la force, de la souplesse, un bon dos et quelques notions de biomécanique sont indispensables).

 

En contrepartie, il permet à cet "amoureux du cheval" de vivre au contact avec la nature, de développer ses qualités relationnelles, et de disposer d'une certaine liberté dans l'organisation de son emploi du temps.

 

            Depuis 1998, la profession exige une qualification à l'installation qui correspond à la loi votée en juillet 1996. Pour exercer, il faut dorénavant posséder un C.A.P.A. Maréchal-Ferrant, diplôme qui vise à limiter sur le marché les "poseurs de fers".

 

            Aussi, si vous êtes motivés par ce métier, si vous aimez le cheval, venez découvrir de plus près notre formation.

N'hésitez pas à nous contacter, notre équipe de professionnels saura vous faire partager les connaissances et les valeurs que doit posséder un maréchal ferrant.